Six films à aller voir absolument en mai

Ecrit par on 3 mai 2019

 

Six films à aller voir absolument en mai

Du retour de Pedro Almodóvar au très attendu biopic sur Elton John, les salles obscures se couvrent de paillettes pendant tout le mois de mai.

L’actualité cinéma sera particulièrement riche ce mois-ci. Sûrement pas un hasard puisque mai, avec ses jours fériés et ses ponts, multiplie les occasions de se faire une toile. TÊTU a sélectionné pour vous, parmi toutes les sorties, cinq films et un documentaire hauts en couleur. Avec notamment les paillettes vintage de « Priscilla, folle du désert », le rouge toujours vif de Pedro Almodóvar et les chatoyantes tenues de Taron Egerton dans Elton John.

 

« Coming Out », de Denis Parrot

Ce premier est à la fois intime et social. Le documentaire, qui sort le 1er mai, « Coming Out » s’appuie sur les nombreuses vidéos de sortie du placard mises en ligne sur YouTube. Il profite de ce format typique de notre époque pour raconter ce rite de passage des jeunes LGBT vers une vie où ils sont enfin libres d’être eux-mêmes. Un film nécessaire, dévoilant l’appréhension du passage à l’acte, la peur de la réaction de sa famille, et les réactions, parfois violente, de celle-ci. Un film qu’il faut voir, et diffuser autant à vos amis LGBT qu’hétéros.

 

 

« Tremblements », de Jayro Bustamante

Autre sortie ciné de la fête du Travail : « Tremblements ». Le film le plus sombre de cette sélection (le seul, en réalité) raconte l’histoire de Pablo. Ce Guatémaltèque de 40 ans, père de famille et fervent religieux, lutte avec ce qu’il croit être ses démons intérieurs. Qui ne sont rien d’autre que son amour des hommes, et notamment d’un certain Pablo…

 

 

« Priscilla, folle du désert », de Stephan Elliott

C’est un monument de la culture gay qui revient en salle le 8 mai, en version restaurée. « Priscilla, folle du désert » reste aujourd’hui LE film de drag-queens par excellence. C’est à ce road-trip queer que l’on doit la phrase « Elles sont prêtes pour leur gros plan » (« They are ready for their close-up » en VO, nldr), reprise à l’envi sur scène et dans « RuPaul’s Drag Race ». Le retour de Priscilla, une occasion de voir le film sur grand écran à ne manquer sous aucun prétexte.

 

 

« Just Charlie », de Rebekah Fortune

Sorti au Royaume-Uni en 2017, « Just Charlie » arrive (enfin) en France le 15 mai. Ce film britannique émouvant raconte la découverte de soi de Charlie, une jeune fille transgenre qui va devoir s’affirmer et s’opposer à son père, qui l’imagine déjà star de football. Un long-métrage qui fait écho à « Girl », le film de Lukas Dhont sorti en 2018.

 

 

« Douleur et Gloire », de Pedro Almodóvar

Trois ans que le génie espagnol ne nous avait pas offert un nouveau film. Pedro Almodóvar revient en salles le 17 mai avec « Douleur et Gloire », sans doute son film le plus personnel. Sélectionné au festival de Cannes 2019, le film raconte les turpitudes de la vie d’un réalisateur gay à succès dont la soixantaine touche à sa fin. Une oeuvre où l’auto-fiction est d’autant plus évidente qu’Antonio Banderas et sa barbe grisonnante n’ont jamais autant ressemblés à Pedro Almodóvar.

 

 

« Rocketman », de Dexter Fletcher

En salles en France le 29 mai, « Rocketman » retrace le parcours de l’un des premiers chanteurs ouvertement gay : Sir Elton John. Un biopic où la sexualité de l’artiste britannique ne sera pas cachée : bien au contraire. Les scènes « explicites » seraient la raison pour laquelle Taron Egerton a accepté le rôle du plus fabuleux des chanteurs à lunettes. Elles ont aussi poussé Richard Madden (« Game of Thrones ») à perdre quelques kilos.

 


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *Required fields are marked *



En ce moment

Title

Artist